jeudi, janvier 27, 2005

A l'ombre de la lumière...

Je revois son visage nacré, bercé par le vague roulis d'un lustre en tissus à moitié déchiré, battant la mesure, accompagnant de son ploiement le vent qui s'engouffrait par les fenêtres cassées de l'ancienne demeure familiale. Je revois son étrange expression, ses yeux injectés d'un venin qui les dilataient, plissant à chaque contorsion. Je revois cette lame acide et si fière épouser son corps dans un sentiment d'éternelle félicitée. Caresser sa chair, la séduire, lui faire la cour, rompre avec elle l'ultime serment, le droit divin. J'ai cette chanson de Léo ferré qui me revient mon enterrement.... dernière métaphore de l'offense.... et je pense encore à l’offensive solennel de cette lame qui transcende l’acrimonie de la vie, qui l'emporte avec elle. Miroir brillant de la cacophonie, reflet étincelant, incarnation de la nuit, elle s’est écroulée sous le poids de mes larmes, écrasée, déchirée, découpé sous le poids de ma rage. Folle envie de s’accrocher au désespoir qui me ronge, je l’a rejoint sur l’autre rive, l’outre tombe, à l’ombre de la lumière.

Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.