samedi, novembre 06, 2004

Remerciements

Je suis surpris en ouvrant le blog aujourd'hui de voir l'engouement que ce petit post à suscité.
"Objectif réussi !" me direz-vous.
Et bien Oui !
Mais tout ceci me laisse un petit arrière goût de je ne sais quoi.

Statistiques

Avant
Fréq 3/4 pers
1 comment pour 10 jours
Maintenant
Fréq 30/40
30 comments pour 4 jours

Attendez... Je développe.

Le monde dans lequel nous vivons et bien connu de tous. Ce monde est si cher à notre coeur que l'on y reproduit nos erreurs sur d'autres supports, d'autres futurs, d'autres anticipations, d'une quête qui n'a cessée de modeler l'humanité. Je ne m'étend pas plus sur le sujet, il y a tant à dire.
Bref il s'avère que comme tout ce qui nous entoure le blog n'y ai pas imperméable non plus. La necessité créatrice à disparu et le sens commun, futile, cavalier, sordide l'emporte sur la prose volubile, élégante et légère.
En disant cela je me garde d'apposer un quelconque jugement sur ce que j'écris. Qu'il n'y ait aucune méprise.
Les chiffres parlent d'eux mêmes, il n'y a pas d'exemple plus flagrant. La souvenance d'une ère différente pourtant ceinte mes oreilles. Mais ce ne sont peut être là que les chimères d'un pov' type en quête de mouvement réactif, de tonicité intellectuel intelligente.
Je ne veux pas rentrer dans le jeu, montrer à qui veut bien plaire que l'on est rien d'autres que des tranches de vies. Il y a quand même bien plus à négocier avec nous mêmes, bien plus à construire. Partage collectif, mon oeil ! Sauf en racontant les mêmes choses que les autres, de la même manière, avec les mêmes codes. Un endroit bien lisse, un refuge bien triste puisque l'on s'éveil de point numérique capable de millions de combinaisons différentes et que l'on s'en sert de la manière la plus banale qui soit.
Enfin plus précisément le blog est véritablement le moyen de conscience, je dirais même d'inconscience extrême. Voué à l'entropie de chacun, il se définit aux frontières de l'âme. Donnant naissance parfois au plus élégant comme au plus répugnant de ce que l'humanité peut produire.

Parce qu'il est des mots qui procurent chaleur et réconfort.
Les vôtres ont rallumés la mêche. Incandescence du coeur.

Merci à tous ceux qui ont laissés un commentaire.
Pour leurs mots si réconfortants et si indispensables.
Pour leurs mots qui me rappellent que je n'écris pas en vain.
Ah ! j'oubliais...!
Merci à ceux qui sont passés et qui peut être ne reviendront plus.
Malas

Merci à Isabelle... pour l'ouverture qu'elle suscite de part ces interrogations.

"De combien d'interlocuteurs a-t-on besoin pour pouvoir investir sa propre pensée? Quelle est la consistance requise (degré de réalité, d'altérité, de complicité...) pour qu'un interlocuteur puisse dynamiser cette pensée ? Est-il nécessaire que ces interlocuteurs se manifestent dans les champs des commentaires pour qu'il y ait débat? Après tout le blog est peut-être le lieu idéal pour inventer les conditions d'un bon monologue."
cf article Mediatic/ Isabelle




Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.