mardi, octobre 05, 2004

Déblogue.

Doucement les heures tournent, victime de leur rotation, je me détourne de toi.
Folie, les visages grondent éclairés par l'incestieuse lumière d'un réverbère.
Emporté, je me rend par les victimes de guerre sur cette terre sacrée.
Annoncer la famine, les combats épidémiques.
Je glisse maintenant plus en avant, plus profond si tant est qu'il y ait un fond.
Je n'ai plus aucune sensation.
Et là devant ce que je crois être comme le parmi le.
Je me retrouve face à une interface neuronal connecté à tous les blogs du monde.
Le blog me dit-il nourrit ma compassion envers ce peuple.
Il favorise aussi ma communication.
Et toi tu seras l'instrument de mon nom.
grrrriiiiiikkk grrrriiiiiikkk !
Le sol s'est mis à trembler, les structures métalliques se sont effondrées.
Tout s'est mis a s'enfoncer dans une espèce de liquide visqueux pour laisser apparaitre le canapé sur lequel je m'étais assoupi.
Je crois que j'ai complètement deblogué.

Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.