jeudi, août 19, 2004

La Beuvreriesphère

18h00
J'arrive dans le café ou nous avions rendez-vous. Deux des potes étaient déjà là et les autres n'allaient pas tarder à arriver. Je commande un Pastis. Le garçon me regarde l'air inquiet, genre j'espère qu'il ne vont pas me faire chier ce soir, et me sert un Ricard. GRRRR! !! Je décide de faire fie de cela et lève mon verre en signe d'approbation. De là, nous partons dans d'interminables remises de tournées et de "trinquage". Le liquide jaune est accompagné par quelques olives et cahouette. Les verres sont légèrement humides. Nos empreintes marquant le verre à chaque gorgées en signe de communion avec l'humeur anisée.Un des potes remarque la jeune fille assise sur une petite table au coin de la salle. Il s'enquiert tout de suite auprès d'elle.La conversation paraît stupide mais ça à l'air de plaire à la jeune fille. Je l'a regarde de temps à autre entre deux gorgées. Nous continuons à boire tandis qu'il continue de la draguer.
J'ai cru pendant un instant qu'elle allait lui flanquer une main dans la gueule losqu'il s'approcha pour l'embrasser au bout de la demi-heure qui suivi. Mais d'un geste très élégant elle le repoussa en lui montrant d'un signe de tête nos ganaches en train d'exploser de rire en regardant cette scène.

20H30
On décide d'aller bouffer, le barman remet la sienne, emprunt d'un soudain malaise, je décide de remettre la mienne et c'est repartis pour un tour. On ne va plus bouffer. Mais perso j'ai la dalle. L'euphorie est à son comble, la musique commence à remplir l'espace sonore et le flot des voitures sur la chaussée commence à diminuer. Des jeunes couples arrivent en masses en pressant le pas à nos abords, faut dire qu'avec la quantité d'alcool ingurgité, on doit manqué un peu de fraîcheur. Descente au chiottes, je prends un peu de coke. Il était temps. J'allais m'effondrer. Le rebors près du lavabo est un peu crade mais c'est tout ce que j'ai. je trace, je me détends et j'aligne. OUF !!! ça fait du bien. Je remonte l'air serein, la fille nous à rejoint elle trinque avec nous. Elle nous explique que des copines doivent arriver, nos yeux brillent, nos mains tremblent, du gibier arrive et nous sommes assoiffés. Du coup, on calme un peu sur l'alcool. Nos objectifs ont changés. Ils ne s'agît plus de finir sous un porche défoncé, mais dans un pieu bien douillet.


22h00
Les filles sont là depuis un quart d'heure. Elles semblent toutes plus belles les unes que les autres. Mais la coke a souvent tendance à embellir le sexe opposé.Je me rappproche d'une d'entre elle et je considère le moment comme source d'inspiration. Pas de "qu'est ce que tu fais dans la vie ?", ni de "tu viens souvent ici ?" non j'ai vraiment fait plus simple enfin... euh ! C'est elle qui l'a fait en me taquinant sur la trace de poudre collé aux nez.Nous sommes descendus aux chiottes elle à tapé deux petits rails, elle s'est approchée, ma collé sa main dans mon jean, je l'ai prise par la nuque pour l'embrasser, je sentais qu'elle voulais quelque chose de fulgurant. Je lui remonte sa robe, écarte son string, j'hésite. J'ose pas la prendre comme ça, je me dis que ce n'est pas bien, que ce n'est pas ce que les femmes veulent, tout un bazard de discours fémino-mal-baisé qui s'engouffre en moi et qui limite me fait débander. Mais elle me prend la bote à ce moment là et se carresse la chatte. De plus en plus humide, et de plus en plus chaude, je la sens qu'elle cherche à la faire rentrer. Je comprends, je l'aide prudemment, je la pénètre, ça lui plaît, ça me plaît, moment d'osmose unique, nos deux ouverts à nos sens respectifs. Je la plaque contre le mur, elle n'a pas l'air d'apprécier. En fait ce qu'elle veut c'est que je la prenne par dérrière, je m'éxecute, ses mains appuyées sur le rebords au carreau ocre. Elle est sur le point de jouir, je suis limite, extrême limite, je lâche, mais je continueje veux la faire jouir, elle me plaît, j'aime sa chatte. On transpire en fumant une clope, je snif un peu, elle aussi.On remonte. On est mort de rire.


Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.